819 243-2117

En programmation neuro-linguistique (PNL), nous partons de l’idée que le corps et l’esprit (les pensées, les émotions) s’influencent l’un l’autre et forment un tout.

Mais qu’est-ce que cela veut dire dans les faits ? Doit-on se sentir coupable lorsque l’on manque de vitalité, qu’on attrape un rhume ou si l’on fait l’expérience de la maladie ?

Face aux défis de la vie quotidienne,  garder une bonne santé mentale et physique peut paraître une gageure !

Une chose à la fois. Commençons par le corps qui influence l’esprit.

Comment nourrissez-vous votre corps ? Que buvez-vous, en quelle quantité ? Respectez-vous vos heures de sommeil ? Prenez-vous régulièrement un bol d’air frais et une dose de soleil ? Faites-vous bouger votre corps ? Et qu’en est-il de votre sexualité ?

Vous le savez déjà très bien : un manque ou un excès par rapport à l’une de ces questions influence votre état d’esprit. Vos idées se font moins claires, vous manquez de motivation, vous êtes facilement irritable, votre créativité est au tapis, votre moral baisse, etc.

Le plus magnifique des projets qu’il soit est de garder votre corps plein de vitalité au quotidien. Un défi autant qu’une responsabilité !

Poursuivons avec l’esprit qui influence le corps.

Ce qui se passe entre vos deux oreilles ne passe pas inaperçu au niveau de  votre corps. Le flot de vos pensées influence votre flux d’énergie. Autrement dit vos émotions s’expriment à travers votre corps. Vous avez  certainement déjà vécu l’expérience d’avoir des sueurs froides, le cœur qui bat la chamade, ou le ventre qui se noue.

Mais contrairement à ce que bien des gens croient, les émotions elles-mêmes ne sont ni positives, ni négatives. C’est l’intensité que l’on donne  à une émotion qui la transforme en sentiment.

Exemple : Prenons l’émotion « la colère » : quelqu’un a, selon vous, dépassé les bornes. Vous sentez la moutarde vous monter au nez.

Scénario 1 : Vous êtes attentif à vous-même et vous avez l’humour nécessaire pour remettre gentiment la personne à sa place ? Vous en riez ensemble ? Bravo !

Ou peut-être avez-vous été pris de court et n’étiez pas dans vos moyens pour bien réagir. Mais vous y réfléchissez à tête reposée, vous relativisez la situation et vous vous  promettez de corriger la situation à la prochaine occasion. Vous poursuivez votre journée le cœur léger et le corps plein de vitalité.

Dans ces deux façons de répondre, la colère est loin d’être négative car elle a joué son vrai rôle, celle de connaître et d’exprimer vos limites.

Scénario 2 : Pour éviter un conflit, vous ne réagissez pas et faites comme si tout était normal alors que dans les faits, vous êtes furieux. Ou encore, vous avez essayé d’exprimer votre mécontentement mais la personne n’a rien voulu entendre. La journée passe, vous ruminez des pensées négatives et  votre colère s’intensifie et se transforme en ressentiment. Vous passez la journée sans entrain, manquez d’énergie pour accomplir vos tâches et vous vous couchez fatigué.

Dans ce scénario 2, la rancune puise une énergie considérable dans le corps et l’épuise. À la longue, une accumulation de sentiments négatifs  tel que le ressentiment finit par ronger le corps et le rendre malade.

La bonne nouvelle, c’est qu’à tout moment, vous pouvez transformer vos pensées et changer vos perceptions.

Quand vous vous sentez irrité ou triste face à une situation ou une relation, prenez le temps de vous poser, de vous déposer à l’intérieur de vous. Prenez de profondes respirations jusqu’à retrouver un équilibre corps-esprit. Dans cet état paisible, posez-vous la question : « quelle serait une meilleure façon de réagir pour moi ? »

Ou faites une activité physique intense ! Ou partagez ce qui vous arrive avec un ami de confiance ou à une personne-ressource.

En résumé, en surveillant vos pensées et en faisant de votre corps un allié, vous vous donnez les meilleures chances pour vous garder en bonne santé.

Odile Geinoz

Coach Certifiée PNL et Cohérence cardiaque (outils pour neutraliser les pensées négatives).

En programmation neuro-linguistique (PNL), nous partons de l’idée que le corps et l’esprit (les pensées, les émotions) s’influencent l’un l’autre et forment un tout.

Mais qu’est-ce que cela veut dire dans les faits ? Doit-on se sentir coupable lorsque l’on manque de vitalité, qu’on attrape un rhume ou si l’on fait l’expérience de la maladie ?

Face aux défis de la vie quotidienne,  garder une bonne santé mentale et physique peut paraître une gageure !

Une chose à la fois. Commençons par le corps qui influence l’esprit.

Comment nourrissez-vous votre corps ? Que buvez-vous, en quelle quantité ? Respectez-vous vos heures de sommeil ? Prenez-vous régulièrement un bol d’air frais et une dose de soleil ? Faites-vous bouger votre corps ? Et qu’en est-il de votre sexualité ?

Vous le savez déjà très bien : un manque ou un excès par rapport à l’une de ces questions influence votre état d’esprit. Vos idées se font moins claires, vous manquez de motivation, vous êtes facilement irritable, votre créativité est au tapis, votre moral baisse, etc.

Le plus magnifique des projets qu’il soit est de garder votre corps plein de vitalité au quotidien. Un défi autant qu’une responsabilité !

Poursuivons avec l’esprit qui influence le corps.

Ce qui se passe entre vos deux oreilles ne passe pas inaperçu au niveau de  votre corps. Le flot de vos pensées influence votre flux d’énergie. Autrement dit vos émotions s’expriment à travers votre corps. Vous avez  certainement déjà vécu l’expérience d’avoir des sueurs froides, le cœur qui bat la chamade, ou le ventre qui se noue.

Mais contrairement à ce que bien des gens croient, les émotions elles-mêmes ne sont ni positives, ni négatives. C’est l’intensité que l’on donne  à une émotion qui la transforme en sentiment.

Exemple : Prenons l’émotion « la colère » : quelqu’un a, selon vous, dépassé les bornes. Vous sentez la moutarde vous monter au nez.

Scénario 1 : Vous êtes attentif à vous-même et vous avez l’humour nécessaire pour remettre gentiment la personne à sa place ? Vous en riez ensemble ? Bravo !

Ou peut-être avez-vous été pris de court et n’étiez pas dans vos moyens pour bien réagir. Mais vous y réfléchissez à tête reposée, vous relativisez la situation et vous vous  promettez de corriger la situation à la prochaine occasion. Vous poursuivez votre journée le cœur léger et le corps plein de vitalité.

Dans ces deux façons de répondre, la colère est loin d’être négative car elle a joué son vrai rôle, celle de connaître et d’exprimer vos limites.

Scénario 2 : Pour éviter un conflit, vous ne réagissez pas et faites comme si tout était normal alors que dans les faits, vous êtes furieux. Ou encore, vous avez essayé d’exprimer votre mécontentement mais la personne n’a rien voulu entendre. La journée passe, vous ruminez des pensées négatives et  votre colère s’intensifie et se transforme en ressentiment. Vous passez la journée sans entrain, manquez d’énergie pour accomplir vos tâches et vous vous couchez fatigué.

Dans ce scénario 2, la rancune puise une énergie considérable dans le corps et l’épuise. À la longue, une accumulation de sentiments négatifs  tel que le ressentiment finit par ronger le corps et le rendre malade.

La bonne nouvelle, c’est qu’à tout moment, vous pouvez transformer vos pensées et changer vos perceptions.

Quand vous vous sentez irrité ou triste face à une situation ou une relation, prenez le temps de vous poser, de vous déposer à l’intérieur de vous. Prenez de profondes respirations jusqu’à retrouver un équilibre corps-esprit. Dans cet état paisible, posez-vous la question : « quelle serait une meilleure façon de réagir pour moi ? »

Ou faites une activité physique intense ! Ou partagez ce qui vous arrive avec un ami de confiance ou à une personne-ressource.

En résumé, en surveillant vos pensées et en faisant de votre corps un allié, vous vous donnez les meilleures chances pour vous garder en bonne santé.

Odile Geinoz

Coach Certifiée PNL et Cohérence cardiaque (outils pour neutraliser les pensées négatives).